Quel revêtement choisir pour vos sols en 2020 ?

26 février 2020


Le choix des revêtements de sol joue un rôle déterminant dans l’apparence et le confort d’une maison. Parquet massif, stratifié, carrelage, vinyle, moquette… les possibilités sont nombreuses et il n’est pas toujours facile de s’y retrouver.

Nous vous partageons ici les dernières tendances et nos conseils pour vous aider à faire les bons choix.


Le parquet bois : le charme intemporel


C’est certainement le plus noble des revêtements. Chaleureux, il s’adapte à toutes les ambiances et donne beaucoup de cachet aux pièces qu’il revêt. Idéal dans les chambres et les salons, il existe sous des formes multiples : avec ou sans noeuds, vernis ou huilé, clair ou sombre, fin ou extra large…

On distingue deux types de parquets en bois : le parquet massif et le contrecollé.

Le parquet massif est composé d’une unique essence de bois, alors que le contrecollé est conçu avec un parement massif qui vient recouvrir une base faite de 2 autres couches conçues avec des dérivés de bois. Que vous choisissiez l’un ou l’autre, la qualité est à peu près similaire, à condition d’opter pour un parquet contrecollé avec un parement suffisamment épais.

Idéalement, il faut choisir un parquet avec un parement de 2,5 à 4,4 mm pour le contrecollé haut de gamme et avec une épaisseur de 14 à 20 mm pour un parquet massif de bonne qualité.

L’avantage des parquets massifs ou contrecollés, c’est qu’ils peuvent convenir à tous types de pièces, à condition, dans le cas des salles de bain, d’opter pour du bambou ou un bois exotique tel que le teck. Il faut aussi savoir que le parquet massif n’est pas adapté si vous avez un sol chauffant qui risque de le dilater et d'altérer ses couleurs. Un parquet contrecollé, avec ses différentes couches, est plus indiqué dans ce cas. On recommande par ailleurs une pose “collée en plein" pour anticiper les problèmes éventuels et il faudra également prévoir un entretien minimum.

Pour le parquet huilé, très tendance actuellement, il faudra le ré-huiler au minimum tous les 3 ans. Quant au parquet verni, il faut le poncer tous les 4 ans et ré-appliquer ensuite une couche de vernis.

Côté tendances, on voit de plus en plus de parquets monolames, extra larges (les lames peuvent aller jusqu’à 22 cm) et de parquets vieillis avec un aspect brut très recherché. Les parquets point de Hongrie, à chevrons ou à bâtons rompus eux beaucoup de succès également.

Très apprécié, le parquet en bois fait partie des matériaux les plus onéreux avec un prix moyen qui va d’une vingtaine d’euros à plus de 150€ par m2.


Source : castorama.fr



Le sol stratifié : une alternative économique au parquet

Grâce à son imitation ultra réaliste du parquet bois et à son coût plus accessible, le sol stratifié est de plus en plus plébiscité. Fabriqué avec une poudre de bois compressée, ce revêtement est recouvert d'une couche supérieure qui reproduit parfaitement l’apparence du bois, mais aussi de la pierre, du béton ou encore des carreaux de ciment... Très résistant, le stratifié offre un grand nombre de finitions pour s’adapter à tous les styles d’intérieur. On apprécie également sa grande facilité de pose grâce à ses lames à clipser et l’absence d’entretien, contrairement au parquet en bois.

Seul inconvénient : ce revêtement peut résonner un peu et il faut donc prévoir une sous-couche ou choisir un modèle qui comprend une sous-couche intégrée.

Pour une qualité optimale de stratifié, assurez-vous que l’épaisseur de la couche d’usure soit suffisante avec une classe d’utilisation de 23 pour une cuisine ou une entrée (où le passage est important) et de 21 pour une chambre.

Côté prix, on peut trouver du stratifié dès 5 euros le m2, mais pour un résultat qualitatif et durable, il est préférable de s’orienter vers des gammes supérieures allant de 15 à 30€ le m2.


Source : leroymerlin.fr



Le vinyle : un revêtement dans l’air du temps


Un temps considérés comme vieillots, les sols en vinyle font leur grand retour depuis quelques années et sont de plus en plus perfectionnés.

On les trouve aujourd’hui en rouleaux pour les premières gammes (moins conseillées) et en lames ou dalles à clipser pour les gammes supérieures.

Ces dernières connaissent un succès croissant grâce à leur pose ultra simple et à leur aspect parfois bluffant, pouvant aussi bien imiter le bois, que la pierre, le béton ou encore le marbre. Les rendus possibles sont innombrables et peuvent s’adapter à tous les styles d’intérieurs.

Ce matériau en PVC a également l’avantage d’être très simple d’entretien et de bien résister à l’eau ce qui, contrairement aux sols stratifiés, en fait un bon revêtement pour les salles de bains et les cuisines.

Autre point fort par rapport au stratifié : les lames et dalles à clipser ne résonnent pas et leur épaisseur qui ne dépasse pas les 5mm en fait de très bons revêtement pour la rénovation. Si le sol à recouvrir est bien lisse ou ragréé, il est possible de le poser par-dessus directement. Dans le cas contraire, pour éviter de percevoir les reliefs de l’ancien sol, on recommande d’appliquer une mince sous-couche qui viendra corriger les petits défauts.

Le vinyle est donc un revêtement plein d’atouts et aux multiples usages. Seule ombre au tableau : sa faible résistance à la chaleur (risque de déformation) et son prix légèrement plus élevé que le stratifié.

En effet, si l’entrée de gamme en rouleau est à 5€ du m2 en moyenne, on recommandera plutôt la qualité avec une fourchette allant de 15€ à 60€ le m2 suivant la résistance et l’épaisseur du vinyle.


Source : Coté Maison


Le carrelage : un classique qui se renouvelle

Si certains lui reprochent son côté froid, le carrelage reste un revêtement très apprécié pour sa résistance et sa grande facilité d’entretien.

Côté esthétique, les traditionnels carreaux blancs très salissants ont fait place à des rendus bien plus variés et recherchés. Le toucher s’est lui aussi nettement amélioré.

Aujourd’hui, le matériau phare est le gré cérame qui imite à la perfection des matières telles que le bois,la pierre, l’ardoise, le marbre ou encore le béton ciré. Outre son aspect qualitatif, il a l’avantage d’être très solide et non poreux.

Autre tendance du moment : les carreaux XL qui peuvent aller de 60X60 cm à 90x90 cm (contre 30X30 ou 40X40 sur les formats classiques) et créent une belle impression d’espace.

On voit aussi de plus en plus de lames aspect bois qui imitent le parquet avec beaucoup de réalisme.

Les carreaux de ciment, qu’ils soient artisanaux ou en imitation, figurent également parmi les tendances durables de ces dernières années. Très graphiques, avec des motifs de tous types, ils peuvent s’adapter à n’importe quelle pièce.

Au niveau des prix, bien qu’ils démarrent à 13€ du m2 environ, il faudra plutôt prévoir un budget de 30 à 40€ le m2 pour un carrelage bien résistant. Pour les carreaux grand format, le prix peut être un peu plus élevé (jusqu’à 60€ le m2).



Source : habitatpresto.com


La moquette : la douceur dépoussiérée


Finie l’époque de la moquette ringarde ! Aujourd’hui elle revient en force avec un look remis au goût du jour et des matériaux plus écologiques (laine, poils de chèvre, sisal, colles moins nocives...).

Outre son aspect chic et chaleureux, la moquette possède elle des atouts intéressants tels que l’isolation phonique et thermique. Et contrairement aux idées reçues, la moquette est un revêtement plutôt hygiénique dans la mesure où elle emprisonne la poussière et les acariens, là où un matériau “dur” les laisse s’échapper dans l’air au moindre mouvement (et donc atterrir dans nos bronches).

Côté budget, il y en a pour toutes les bourses puisqu’on trouve certains modèles à partir de 9€ le m2 pour aller jusqu’à 200€ et plus dans le cas de moquettes très haut de gamme.



Source : clemaroundthecorner.com



Le linoléum : une alternative écologique au vinyle à redécouvrir

Souvent confondu avec le vinyle et considéré comme bas de gamme, le linoléum ou lino est pourtant un matériau noble, exclusivement composé de matières naturelles telles que le pin, la craie, la poudre de liège ou encore la toile de jute. Souple comme le vinyle, il a l’avantage d’être plus écologique mais aussi plus rigide et très résistant aux tâches et à l’usure du temps. Reconnaissable par son aspect légèrement marbré, on le retrouve également sous forme de rouleaux ou en dalle et lames.

Qualité naturelle oblige, le lino est généralement un peu plus cher que le PVC et il faudra compter un budget d’environ 30 à 40 euros le m2.


Source : Côté maison 



Le liège : la tendance originale et écologique qui gagne du terrain


Extrait de l’écorce du chêne-liège, le liège est un matériau naturel qui a le vent en poupe depuis quelques années. Au-delà d’être écologique (un seul arbre peut produire près de 100 kg de liège !), il séduit aussi pour sa bonne isolation phonique et thermique et sa facilité de nettoyage. Très esthétique avec son aspect naturel, il est idéal dans les intérieurs modernes où il apporte chaleur et originalité. Il est aussi particulièrement agréable au toucher avec sa flexibilité naturelle qui en fait un juste-milieu intéressant entre la rigidité du bois et la douceur de la moquette.

Malgré sa bonne résistance, on évitera de le poser dans des pièces trop passantes et on le privilégiera plutôt dans les chambres ou le salon.

Côté prix, le liège reste un matériau relativement haut de gamme qui va de 40€ à 60€ le m2.



Source : deavita.fr 




Pour plus d'inspiration, RDV sur notre tableau Pinterest dédié aux revêtement de sol ! 

En cliquant sur "J'accepte", vous autorisez l'utilisation de cookies afin de vous assurer une experience optimale sur ce site.

En savoir plus J'accepte